,

Le mois d’après #1

Dans cette rubrique intitulée « le mois d’après », nous faisons un retour sur les impressions de nos joueurs espoirs ayant participé aux championnats du monde d’Iscar, en mur à gauche 36 mètres. Ce premier épisode est consacré à Bastien Picard, sélectionné à paléta cuir, au poste d’arrière. Retour sur une semaine riche en émotion.

Bastien Picard:

« Le mois d’après c’est souvent là qu’on se rend compte de l’expérience qu’on a vécu, de ce qu’elle nous a apporté et de comment on va pouvoir s’en servir pour devenir plus fort.
La préparation… pour moi elle ne servait qu’à être rapide, endurant et nous rendre capable de mettre de l’intensité à chaque frappe. Mais ça c’est 40% de ce que la préparation pré-mondial apporte. Ce que j’ai appris durant ce mois passé, c’est qu’elle permet de se sentir serein tout au long de la semaine. Elle permet de ne pas craindre une blessure, ou bien de ne pas pouvoir être au top pendant une partie, et ça enlève tout le stress et la pression que cela peut amener. Sur une semaine de compétition, l’énergie pompée par tout ce qu’il y a autour des parties est monumentale. Chaque
détail compte pour s’enlever de la pression et du stress inutile et cela passe par une bonne préparation. En août j’ai eu la chance de participer aux championnat d’Europe junior, cela m’a appris déjà énormément de choses et m’a beaucoup aidé pour le mondial. C’est là que je me suis rendu
compte de la pression que l’on peut se mettre et de l’énergie qui y passe… C’est un événement de la préparation qui m’a permis d’être bien plus détendu durant cette semaine de mondial.

La semaine en elle-même est extrêmement riche en émotions, c’est quelque chose d’unique. Jouer devant du monde, de l’ambiance, des grosses parties il n’y a pas plus satisfaisant. Autour des parties, on se sent porté par un groupe, par les copains de la sélection, le coach, la kiné, tout le monde fait de son mieux pour que nous soyons dans de bonnes conditions lorsqu’on rentre sur la cantcha. Et justement ce qui a été dur à gérer, pour ma part, c’est d’être dans les conditions optimum au moment de débuter la partie. C’est un enchainement d’actions durant la journée qui doivent être
faite pour se sentir au top le soir (car nous avons joué quasiment toutes les parties le soir). Mais laisser passer une journée ou l’on sait que nous allons jouer très gros dans quelques heures, c’est dur… Tu cogites, tu ne sais pas quoi faire, tu tournes en rond… Trouver le bon équilibre entre le repos
et l’activation a été compliqué, si tu te poses trop tu t’assoupi, si tu marches trop, tu te crames. Chaque dépense d’énergie est critique, il faut en dépenser le moins possible. J’ai parlé juste au dessus de la kiné, c’était un avantage énorme de l’avoir parmi nous. J’avais des douleurs de
crispation au début de la semaine qu’elle a réussi à faire passer, mais elle a été également très précieuse sur le plan de la récupération.

L’issu du mondial n’était pas celle espérée, surtout quand on gagne 15-7 14-13 contre les argentins en demie. 2 balles de match et 2 grosses fautes de notre part, pas normal. Ça ne doit pas arriver à ce moment. On décroche finalement une médaille de bronze qui console un peu cette demie, mais qui clôture un bilan contrasté. Même maintenant, je ne comprends toujours pas comment on fait ces fautes et ce qui nous a manqué pour gagner. Contrasté sur le plan sportif mais magnifique sur le plan humain avec des souvenirs gravés pour toujours, cette adrénaline durant les parties, le bonheur de marquer des beaux points, de voir du monde nous soutenir… On a pu touché du doigt ce que les grands sportifs vivent dans des évènements internationaux et comment ne pas y prendre goût et
continuer à s’entrainer encore plus dur pour avoir peut être la chance d’un jour, y reparticiper… »

En tout cas Bastien, on te le souhaite ! Bravo pour ce joli parcours et merci pour cette riche analyse. Tu peux être fier de toi!

0 réponses

Laisser un commentaire

Rejoindre la discussion?
N’hésitez pas à contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.