,

Le mois d’après #3

Camille Thornary, avant sélectionné à pala corta revient à son tour sur une longue préparation et une belle médaille d’argent.

La préparation : 

La préparation des mondiaux est très très longue. On attend ça depuis environ 5 à 6 ans et c’est tout un projet qui est construit derrière avec l’intégration du pré-Pôle, du pôle espoir et du CREPS. C’est pour cela que l’on fait du haut niveau et qu’on s’investit à fond pendant des années. C’est beaucoup de choses mises de côté et de sacrifices pour cet objectif du mondial – 22 ans. Ce mondial s’est finalement joué en 2021 donc on a suivi une très grosse année 202, très chargée avec une grosse préparation physique vraiment spécifique mise en place par Lucas depuis mars.

Ensuite, au niveau des présélections, on a eu beaucoup de rassemblements voire un peu trop à mon goût. Il nous a fallu plus de 3 mois de parties pour nous départager et sortir 4 joueurs pour les mondiaux. Cependant, cela a permis d’apprendre à nous connaître et à créer un groupe solide, soudé et uni. J’ai appris à connaître les autres joueurs de la sélection et nous avons passé de très bons moments qui nous ont aidé pour la suite. Aussi, cela m’a permis d’évoluer tous les week-ends avec les meilleurs de notre âge et donc de constater une nette progression.

Après, fin août nous avons fait les championnats d’Europe à Iscar. C’était une très bonne expérience qui nous a permis de préparer la compétition d’octobre. En effet, cela nous a permis d’avoir une première impression sur la préparation et la gestion des journées lors de grandes échéances internationales. De plus, cela nous a permis de découvrir les murs d’Iscar et de Vallelado qui étaient assez particuliers.

L’annonce de la sélection s’est faite début septembre et nous a laissé un mois de préparation avec l’équipe de France qui comprenait une journée de cohésion. Nous sommes donc partis en Espagne avec un groupe soudé et des certitudes sur notre niveau de jeu sans trop savoir cependant le niveau adverse.

La compet : 

La compétition en elle-même s’est étalé sur 10 jours très riches en expériences. Je tire du séjour une super expérience que ce soit sur le plan humain ou sportif.  J’ai vraiment profité un maximum de la chance qui m’a été donnée. Le fait de passer 10 jours avec des copains avec qui on a gagné des titres, passer des caps et des années ensembles, c’est vraiment des moments inoubliables !

Pour ce qui est de la pala corta, le format de compétition était un peu spécial avec une poule de 5 équipes : L’Argentine, la France, Cuba, le Mexique et l’Espagne. Le gros point positif de ce format était que tous les joueurs de l’équipe ont pu jouer au moins une partie mais le point négatif était qu’après avoir perdu la première partie contre l’Espagne, toutes les parties étaient quasiment éliminatoires et couperets.

Pour ma part, j’ai été très content et très fier d’avoir représenté la France. J’ai pleinement profité de cette chance de jouer une partie de mondial d’autant plus que certains très proches n’ont pas eu cette opportunité.

Pour décrire une journée type durant la compétition, nous nous réveillons très tôt, vers 8h, et nous partons pour un réveil musculaire et un petit déjeuner tous ensembles. Ensuite, nous avons une réunion avec les coachs pour l’annonce des équipes. Après, il fallait s’occuper durant la journée. Cela était très délicat car nous étions dans une ville un peu déserte sans activités à réaliser durant la journée. Les seuls passe-temps qui s’offraient à nous était la sieste, les jeux de cartes ou des marches dans la ville. Aussi, nous pouvions aller voir les parties des autres disciplines durant la journée. Le plus dur était d’avoir la bonne balance entre se reposer assez mais pas trop, pour ne pas être mou et bouger, mais pas trop non plus pour ne pas perdre d’énergie pour le soir.

Enfin, 2h avant la partie, on partait au mur pour se changer et réaliser un gros échauffement. Les 2 parties que j’ai eu à jouer étaient relativement faciles même si la première contre l’Argentine a eu un début difficile et assez crispé. Il est dur de rentrer dans une telle compétition avec des frontons pleins et des équipes étrangères qui n’ont pas du tout le même style de jeu que nous.

Pour finir, je ne suis pas du tout déçu du résultat malgré la défaite en finale. Je pense que le fait de ne pas l’avoir jouée influe sur mon ressenti de la compétition. Je repars de là-bas en ayant gagné mes 2 parties et en ayant pu, le temps de 10 jours, côtoyer le très très haut niveau. A charge de revanches…

0 réponses

Laisser un commentaire

Rejoindre la discussion?
N’hésitez pas à contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.